Sélectionner une page

-- Téléchargez Human_Insect en PDF --


Nous sommes en quête de masques. Et pourtant, ils sont partout. Nous les apercevons à chaque fois que nous posons le regard. Chaque construction s’harmonise avec son environnement par la voie d’un masque. Chaque masque se parachève par des rides. Ces traits d’expressions sont des vers, ils  pénètrent le masque.

Sounds : Jorge Bachmann
Vidéo : Xavier Leton

https://vimeo.com/381329036

j’écris sur les murs aux briques disjointes
[Celui qui ne commence rien, ne lève pas la main]
[je] bannis les mouvements du corps
[renonce à la fin du diktat,]
[subis l’espace figé.]
J’écris sur des murs aux sourires édentés.
[dernier lieu du dernier recours,
et au-delà,]
le masque sans crainte de [la] grimace
[Je] crispe un sourire vide, sans ride.
j’écris sur les murs où s’articule notre silence.
[Le visage livide du vendeur de rien]
Nous sommes les éborgnés du pouvoir
Gazés, Privés de langues
Ils nous voient comme des insectes
Nous n’avons jamais rien écrit
Les murs sont imbibés de notre sang
de notre déférence au pouvoir au prince capricieux
Soyons naturels et calmes

I’m writing on the walls with disjointed brick .
[He who doesn’t start anything, doesn’t raise his hand]
[I] banned body movement
[renounces the end of the diktat,]
[undergo the frozen space.]
I write on walls with toothless smiles.
[last place of last resort,
and beyond,]
the fearless mask of [the] grimace
I hold an empty smile, without a wrinkle
I write on the walls where our silence is articulated.
[The livid face of the seller of nothing]
We’re the one-eyed by the authorities
Gassed, with no Language
They see us as insects
We never wrote anything
The walls are soaked with our blood
[of] our deference to power to the capricious prince
Let’s be natural and calm.



Ecrire à l'auteur
0
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •