Sélectionner une page

-- Téléchargez Clauss et Sanborn filment mon XXIIe siècle en PDF --


Deux nouvelles vidéos de mon nouvel album Perspectives du XXIIe siècle sont en ligne. Après Sonia Cruchon et Eric Vernhes, les artistes Nicolas Clauss et John Sanborn se prêtent au jeu. D’autres suivront…

NICOLAS CLAUSS

Pour avoir longtemps collaboré avec Nicolas Clauss au début du XXIe siècle, je suis enchanté qu’il ait accepté de mettre en images Larmes de crocodile. À partir d’une séquence très courte, trois ou quatre secondes mises en boucles bègues, il plonge dans la civilisation pré-Covid, juste avant la bascule qui sonnera la fin de l’ère Bernays. Soixante dix ans après Brăiloiu et cent quarante avant la catastrophe, soit au tiers de la distance temporelle, les New Yorkais qu’il scrute avec sa machine de Stutter ne semblaient pas imaginer ce qui leur pendait au nez. On peut identifier d’ailleurs des signes déterminants : la prière (les replis communautaires), Fedex (le désastreux bilan carbone), M&M et Starbucks (la malbouffe), l’eau (enjeu fatal), NYPD (la violence de ce monde sécuritaire)… Mais ces images de foule soulignent surtout la détresse de chacun et chacune dans les villes surpeuplées. Comme les autres réalisateurs, Clauss s’est laissé porter par la musique. Le violoniste Jean-François Vrod et le clarinettiste Antonin-Tri Hoang slaloment entre les esquimaux Caribous et les pygmées Babinga Bangombé.

JOHN SANBORN

John Sanborn est une star de la vidéo. Je craignais qu’il soit débordé après God in 3 persons, le dernier spectacle qu’il a mis en scène à New York avec The Residents. En septembre de l’année dernière, j’avais composé et créé en direct NONSELVES, une heure d’improvisation préparée pour une performance sur les chapeaux de roues à partir de sa création commandée par le Musée du Jeu de Paume. Nous en étions sortis excités comme des puces. Lorsque je l’ai contacté à Berkeley, il a aussitôt choisi d’intervenir sur Ensemble Ratatam, le bouquet final de ma saga d’anticipation, Perspectives du XXIIe siècle (en anglais, Perspectives for 22d Century). L’idée de fermer le ban lui a certainement plu. Comme je l’avais demandé au saxophoniste Antonin-Tri Hoang, au violoniste Jean-François Vrod et au percussionniste Sylvain Lemêtre, je désirais que cette coda soit festive, avec un bémol à la clef, fausse sortie et clap de fin laissant présager que les ennuis allaient recommencer. J’avais choisi le titre de cette seizième pièce à partir d’un calembour inspiré par les deux bourrées berrichonnes. Dans la partie ivoirienne, Antonin, avec son envolée lyrique plus folle que nature, fait bouger mes zygomatiques comme lorsque j’écoute Music Matador par Eric Dolphy. Et John Sanborn a tout compris, s’appuyant sur tout ce que s’était passé ou se passerait, pour faire sans blanc, et en couleurs, soit une analyse grinçante de la manipulation dont nous sommes tous et toutes victimes depuis le début. Le temps s’écoule et s’écroule, les masques ne tomberont donc pas de sitôt, mais la ruche nous sauvera si nous la protégeons et les corps dessineront des fleurs hypnotiques. Si les colombes sont claires les questions restent entières… Sur les ondes d’un autre monde, combien de fois devrai-je le répéter ? Autant qu’à m’en saouler de lumière !

Le CD Perspectives du XXIIe siècle sort vendredi 19 juin sur le label MEG-AIMP (Musée d’Ethnologie de Genève – Archives Internationales de Musique Populaire), dist. Word and Sound



Ecrire à l'auteur
1+
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •