-- Téléchargez Bye bye future / rétro-fictions - lectures électriques en PDF --


BRANCHEMENT//OISEAU//ROBOT//COSMOS//TIMECAPS//FLUX//LANGUE//LÈVRES//CORBEAU//CACA// HISTOIRE DU SOIR //JEU//ENTROPIE//ANTHROPIE// DÉSINTEGRATION

“C’est qu’il y a deux manières de lire un livre : ou bien on le considère comme une boîte qui renvoie à un dedans, et alors on va chercher ses signifiés, et puis, si l’on est encore plus pervers ou corrompu, on part en quête du signifiant, et le livre suivant, on le traitera comme une boite contenue dans la précédente ou la contenant à son tour. Et l’on commentera, l’on interprétera, on demandera des explications, on écrira le livre du livre à l’infini. Ou l’autre manière : on considère un livre comme une petite machine a-signifiante ; le seul problème est : “est-ce que ça fonctionne, et comme ça fonctionne ?” Comment ça fonctionne pour vous ? Si ça ne fonctionne pas, si rien ne passe, prenez dont un autre livre. Cette autre lecture, c’est une lecture en intensité : quelque chose passe ou ne passe pas. Il n’y a rien à expliquer, rien à comprendre, rien à interpréter. C’est du type branchement électrique. (…) Cette autre manière de lire s’oppose à la précédente, parce qu’elle rapporte immédiatement un livre au Dehors. Un livre, c’est un petit rouage dans une machinerie beaucoup plus complexe, extérieure. Écrire, c’est un flux parmi d’autres, et qui n’a aucun privilège par rapport aux autres et qui entre dans des rapports de courant, de contre courant, de remous avec d’autres flux, flux de merde, de sperme, de parole, d’action, d’érotisme, de monnaie, de politique, etc….  Cette manière de lire en intensité, en rapport avec le dehors flux contre flux, machine avec machines, expérimentations, événements pour chacun qui n’ont rien à voir avec un livre, mis en lambeaux du livre, mise en fonctionnement avec d’autres choses, n’importe quoi… etc., c’est une manière amoureuse.”

DELEUZE, “Lettre à un critique sévère”, in Pourparlers (p.17)

“Mais l’autre jour, en faisant mon bilan, l’idée m’est venue que ce ne sont pas les grands rêves qui font l’histoire, mais les tout petits besoins de toutes les petites gens honnêtes, un peu voleurs et égoïstes, c’est-à-dire, les besoins de tous.”

CAPEK Carel, “R.U.R Rossum’s Universal Robot”

Raconter les histoires du futur antérieur avec les textes de:
BANKS Iain M., Efroyabl Ange1 – Babelio
CAPEK Carel R.U.R Rossum’s Universal Robot – Minos éditions de la Différence
REEVES Hubert, L’heure de s’enivrer – Seuil
HUXLEY Aldous, Le meilleur des mondes – Babelio
DUPUY Jean-Pierre, Pour un catastrophisme éclairé – Seuil
BARJAVEL René, Ravages – Folio
ARENDT Hannah , Conditions de l’homme moderne – Calmant Lévy
BOISSEL Xavier, Capsules de Temps – Inculte

les sons de Benjamin Chaval et la voix de Laurie Bellanca

 

Lecture réalisée en dialogue avec l’exposition BYE BYE FUTURE EXPO

au Musée Royal de Mariemont (février-mai 2020) :

“Au cours des siècles, de nombreuses visions de futurs alternatifs se sont développées : elles témoignent de notre nostalgie d’un passé «idéalisé», de préoccupations présentes ou des peurs suscitées par la société de demain” Carte blanche à Luc Schuiten https://www.youtube.com/watch?v=T-vhdMdTV-A

1+
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •