Sélectionner une page

-- Téléchargez America(s): Coney Island en PDF --


En 1987, à l’âge de 21 ans, je suis partie vivre à New York, sans motif particulier. C’était un geste de survie, un saut dans l’inconnu pour tenter de prendre mon destin en mains, fuir la dépression qui me hantait à Paris et surtout entrer dans “la vraie vie”, selon mes mots de l’époque. J’y suis restée trois ans et demi, trois années parmi les plus formatrices de mon existence, le véritable début de ma vie d’adulte, et j’ai gardé depuis un lien indéfectible avec ce lieu.

Trente-cinq ans plus tard, alors que j’ai allègrement franchi le mitan de ma vie, je ressens le besoin de revisiter cette expérience. De celle-ci naîtra, je l’espère, un nouveau film sur lequel je reviendrai prochainement. En attendant, je me plonge dans mes photos, celles de l’époque et celles prises au gré de mes retours à New York. Elles composent une série au long cours que j’ai baptisée America(s), tentative de donner à voir cette forme de poésie spécifique que j’ai rencontrée là-bas et qui est un mélange de modernité rêvée et de délabrement.

Coney Island, à la fois plage populaire et vieux parc d’attraction, est un de ces lieux qui me fascinent, comme en témoignent ces trois photos prises à des époques différentes (ci-dessus The Parachute, Coney Island, New York, 1997).

 

 

Astroland Park, Coney Island, New York, 1998.   © Frédérique Pressmann

 

The F Train, Coney Island, New York, 1998.   © Frédérique Pressmann

 

C’est aussi à Coney Island que se termine mon hymne sonore à New York, New York Stories (2006), disponible sur ArteRadio. La mer, les mouettes, les promeneurs russes et latinos, et Shoot The Freak, un jeu qui se vante d’être “le seul à vous permettre de tirer sur une cible humaine et vivante”. C’est ici, à partir de la 29e minute.

 

 

Allez donc faire un tour à Coney Island, c’est un drôle d’endroit.

0
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •