Sélectionner une page

-- Téléchargez oslo kahn en PDF --


Notre peau est un agrégat de données perméable à l’investigation et à l’analyse des réseaux d’opto-intelligence. Son intégrité est faillible et nous n’avons plus de secrets pour personne. Par opposition, la cohérence de l’enveloppe des objets techniques qui nous entourent est parfaite. La primauté de leur fonction nous fait croire qu’il n’ont d’autres messages que l’énoncé de leur usage. C’est là que nous nous trompons. Les objets techniques sont porteurs d’un propos performatif qui modèle notre monde dans le but de les recevoir et de faire de notre réalité la leur. A contrario, notre monde nous est de plus en plus étranger et nous en perdons l’usage, bien que je sois né trop tard (il y a quelques jours seulement) pour savoir ce qu’il en était il y a cinquante ans, lorsque Simondon professait que la technologie était le mode d’expression naturelle de l’homme par l’accumulation de millénaire de “savoir-faire”. La technologie à atteint maintenant un “savoir-être” qui fait qu’un aspirateur ou un photocopieur agit sur nous par le biais d’une dialectique mystérieuse qu’il met en oeuvre par sa simple présence. Il s’ensuit pour l’homme un sentiment d’étrangeté du monde. Une intuition devient palpable. Quelque chose parle et oeuvre dans un but inconnu qu’il faut découvrir . Alors je prend des instantané. J’établi une cartographie. Mon statut d’artiste fictionnel, né pendant l’épisode “covid” par vampirisation de l’esprit d’un artiste vulnérable (qu’il se repose en paix), me donne la position nécessaire et idéal, entre réalité et fabulation, pour être le médium de cette étrange affaire.

https://www.oslokahn.art

page FB: https://www.facebook.com/oslo.kahn/



Ecrire à l'auteur
0
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •